25/08/2013

Racisme.

La différence a de tous temps engendré des réactions diverses. Ça va de la surprise au refus et même quelquefois au dégoût.

Ainsi, on peut constater la réaction instinctive des petites enfants quand ils sont confrontés à "la différence". Ainsi, tout petit, j'avais peur des hommes noirs ce qui me faisait hurler. Un bossu, un invalide de la guerre ou un trisomique attirait mon regard d'une façon curieuse et insistante et certainement perçue très négativement par les intéressés. Malgré les réprimandes de ma maman ! On constate la même chose maintenant chez d'autres petits enfants d'aujourd'hui.

Mon journal Le Soir a fait de ce phénomène un article d'importance dans son édition du W-E. A cause d'une sorte de banalisation du racisme défendue par une élue NV-A d'Anvers. Cet article est complété par le témoignage de "différents" lesquels se plaignent de la façon dont ils sont quelquefois traités, ce qu'ils qualifient de racisme.

Une dame, une écrivaine Nigérienne,  y raconte, avec d'autres, sa mésaventure dans un magasin.

"Je me souviens qu’en sortant d’un magasin de vêtements, l’alarme s’est brusquement déclenchée : la vendeuse avait oublié d’enlever les pastilles antivols. On a couru derrière moi, la police est arrivée sur les lieux. Ils ont fini par comprendre la méprise. Mais ils sont partis en précisant : “Il faut nous comprendre, nous avons tellement de problèmes avec les Africains.” 

J'ai difficile à gober cette histoire. J'ai moi-même été aussi victime d'oubli d'antivols dans mes achats. Quand ça sonne, je retourne à la caisse. Il ne faut pas me courir après ! On n'appelle pas non plus les flics car le malentendu est tout de suite réglé. Cette dame est partie vivre à Atlanta où je lui souhaite une intégration mieux réussie qu'en Flandre.

Un autre témoignage dit :

"...quand j’embarque dans un train, je vois les gens se saisir de leur sac à main, comme si j’allais m’en emparer."

 

Encore une fois j'imagine que c'est de la perception de l'intéressé qu'il s'agit. Car tous les gens n'ont pas de sac à main dont ils doivent se ressaisir après l'avoir abandonné. Ceci dit, je n'ai moi-même jamais constaté de tels comportements à l'arrivée d'un coloré dans le bus ou le tram. Ah oui, une bande de jeunes hommes d'origine maghrébine qui embarque avec bruit crée d'emblée une sensation de danger. Est-ce du racisme ? 

Je ne me reconnais pas dans la qualification d'un raciste quoique, dans les définitions qu'on en donne maintenant, il se pourrait bien que j'en soies un, de raciste...

 

 

15:14 Écrit par Karl dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.